MATIÈRE NOIRE – en cours / ongoing

 

(English follows)

En 2017, j’ai développé un protocole afin de réaliser une œuvre photographique évolutive qui superpose et englobe toutes les œuvres visuelles modernes et contemporaines. J’ai débuté ce travail à Paris en photographiant systématiquement chacune des œuvres présentées dans les différents musées de la ville : d’Art moderne, Orsay, de l’Orangerie, Picasso, Rodin, le Centre Pompidou, et autres. Depuis, le travail se poursuit dans d’autres villes et d’autres musées. Je superposerai toutes les œuvres dans un même fichier numérique jusqu’à l’atteinte du noir complet. Pour chaque nouvelle centaine d’œuvres ajoutée, un nouvel état de Matière noire est produit ; chaque état devenant à la fois une œuvre autonome et le fragment d’un tout. Selon le protocole établi, j’estime qu’il me faudra entre 120 000 et 150 000 photographies d’œuvres pour atteindre mon objectif. À ce jour, j’ai réalisé l’équivalent de 6% à 8% de la totalité du projet. Le travail ne fait donc que commencer.

Matière noire est une tentative d’épuisement de l’acte photographique. Il est aussi un dépositaire de l’héritage de la modernité, faisant écho aux travaux de nombreux peintres qui ont opéré une réduction de la peinture, motivés souvent par un désir fou — et utopique — de faire une œuvre qui serait la somme de toutes les œuvres, ou la dernière œuvre, le dernier tableau. L’idée de la fin convoque toutes les fins. Matière noire se présente ainsi simultanément comme une façon d’apprivoiser la finitude et un recommencement.  Lire le texte de démarche.

*

In 2017, I developed a protocol for creating an evolving photographic work built from the digital superposition of all modern and current visual art works. I was then in Paris and methodically photographed each of the works presented in the Musée d’Orsay, Musée d’Art Moderne, Musée de l’Orangerie, Musée Picasso, Musée Rodin, Centre Georges Pompidou, and elsewhere. The work continues still, in other cities and other museums. I will continually superpose these photographs in a single digital file until full black is achieved. For each hundred works added, a new état (state) of Matière noire (Dark Matter) is produced; each état being simultaneously a work of its own and a fragment of the whole. According to the set protocol, I estimate that I will need to photograph between 120,000 and 150,000 works in order to reach my goal. To date, I have produced the equivalent of 6% to 8% of the whole project. The work has only just begun.

Matière Noire is an attempt at exhausting the act of photography. It is also the custodian of modernity and its legacy, echoing the works of many painters who have pared down their painting, often motivated by the wild—and utopian—desire to create a work that would be the sum of all works, or the last work, the last painting. The idea of the end summons all ends. Matière noire is thus simultaneously a way of dealing with finitude and a new beginning.  – Read Artist Statement.