L’INDEX – en cours / ongoing

(English follows)

À l’été 2016, j’étais en résidence dans ce lieu inouï qu’est le Parc national du Gros-Morne à Terre-Neuve. Confronté au spectacle saisissant de l’âge de la Terre et de la grandeur du paysage, je me voyais, bien humblement, cesser de faire de l’art, ou alors m’investir dans une quête nouvelle. Les bases de L’index ont alors été jetées : un projet en théorie sans fin, et une quête absurde dans son inévitable inachèvement, qui consiste à capturer tout le spectre des couleurs du visible.

Les moyens que j’utilise pour isoler la couleur-lumière sont multiples : la mise hors foyer, l’emploi de long temps d’exposition, le déploiement d’écrans, de réflecteurs ou de diffuseurs. Pour la suite de ce projet, l’invention constante de nouveaux procédés photographiques sera nécessaire.

L’index a un caractère foncièrement indéterminé et inachevé. En théorie, l’errance sur le territoire pourrait ne jamais avoir de fin, et la cueillette du matériau – les couleurs du spectre du visible – est en soi in[dé]fini. Mais au-delà de ces évidences, l’indétermination du geste photographique trouve d’autres prolongements, notamment à l’impression, alors que j’impose à l’imprimante en fonction des mises à l’arrêt forcées et répétées. Une part de l’information contenue dans les fichiers numériques demeure ainsi inexploitée, là où les couleurs se fondent dans le vide et la blancheur du papier. Chaque parcelle incarne ce faisant l’incomplétude de l’ensemble. – Lire le texte de démarche.

*

In summer 2016, I was in residence in Newfoundland’s astounding Gros Morne National Park. Faced with the spectacular scenery of its stone age grandeur, I humbly envisaged not making art any longer, or rather, setting myself on a new quest. Thus did I lay the groundwork for L’index. The project, theoretically endless, and absurd in its inevitable incompletion, consists of capturing all colours in the field of the visible spectrum.

I employ an array of techniques to isolate light-colour: blurred focus, long exposures, the deployment of screens, reflectors, scrims. Follow-up on this project will require the constant invention of new photographic procedures.

L’index is inherently indeterminate and incomplete. In theory, the wandering through the territory could never come to an end, and the gathering of materials—colours of the visible spectrum—is in itself in(de)finite. Beyond these obvious traits, however, the indeterminacy of the action extends in other ways, namely through printing, during which I impose on the operative printer forced and repeated stops and pauses. Part of the information contained in the digital file thus remains unused, where colours meld with the white emptiness of the paper. In so doing, each parcel embodies the incompletion of the whole. – Read Artist Statement.